Eurosatory 2018

Du 11 au 15 juin dernier, se tenait le salon Eurosatory 2018 auquel le groupe Prévention était associé en tant que partenaire.

Son véhicule Isuzu Dmax, préparé par Trans Services, a participé aux démonstrations dynamiques afin de mettre en avant les capacités exceptionnelles de franchissement et de robustesse nécessaires dans le cadre des missions de soutien et d’assistance aux populations.

Piloté par Vincent Remblier, les invités ont pu apprécier la démonstration et les forts potentiels de l’Isuzu Dmax… à la hauteur de la réputation du salon Eurosatory.

Muddays 2018

Cette année encore, les 26 et 27 mai 2018, le Groupe Prévention apporte son soutien opérationnel aux mythiques Muddays organisés par Amaury Sport Organisation.

C’est donc sous l’autorité de la Gendarmerie Nationale, que nos moyens été mis à disposition des secours médicaux assurés par DOKEVER auprès de la Croix Rouge française avec, pour objectif, d’amener au plus près des victimes « sérieuses », médecin, secouristes et matériels nécessaires.

Inauguration vedette SNS 164 de Bandol

Les 27, 28 et 29 avril derniers a eu lieu l’inauguration de la nouvelle vedette SNS 164 « Saint Elme II » de la station de sauvetage de Bandol.

Ayant contribué au financement, Le Groupe Prévention était représenté par notre Président, Benoît NOBLE, aux côtés de Jean-Luc CERCIO, Président de la SNS de Bandol, de David AMICO, Patron de la SNS, et de toute leur équipe, pour découvrir cette vedette de 1ère classe de nouvelle génération, auto-redressable, de 14m de longueur et d’une puissance de mille chevaux !

Bons vents à nos amis les Sauveteurs en mer de Bandol.

Soutien des victimes de crues

Dans le cadre de leur convention opérationnelle, la Protection Civile des
Yvelines et le Groupe Prévention ont apporté leur soutien en janvier dernier
aux sinistrés, victimes des crues de ce début d’année 2018.
Plusieurs opérations conjointes ont été menées afin d’apporter des
chauffages d’appoint mis à disposition par la commune, des vivres et des
matériels.

En photo, après une reconnaissance sur les zones inondées, Monsieur Michel
PONS, Maire de Villennes sur Seine, Monsieur Arnaud SEPVAL, Président de la
Protection Civile des Yvelines et Monsieur Benoît NOBLE, Président du Groupe
Prévention.

Journaliste… Un métier qui peut sauver des vies !

Voilà comment :

Vous souvenez-vous du film le 4ème pouvoir qui mettait en exergue la puissance des journalistes, de la presse, auprès de l’opinion publique qui fut d’ailleurs qualifiée par certains comme étant le 5ème pouvoir.

En rafraichissement, on peut rappeler que, selon cette théorie propre à Montesquieu, le 1er pouvoir serait le législatif, le 2ème serait l’exécutif et le 3ème le judiciaire, le 4éme..

L’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen précisait alors que tout citoyen pouvait parler, écrire et imprimer librement.

Le 29 juillet 1881, la liberté de la presse est votée…Etc. Etc.

La presse écrite, audiovisuelle ou radiophonique, par le biais de ses journalistes, peut-elle devenir salvatrice en matière de mortalité précoce due aux accidents du quotidien ?

Par sa seule toute puissance, elle peut nous aider à communiquer des messages de prévention. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois…

Qu’importe la méthode qu’ils ou elles jugeront adéquate.

De simples articles, émissions radiophoniques ou audiovisuelles, suffiraient à sauver des vies parmi les 20000 fauchées tous les ans lors d’accidents du quotidien ou les 4 millions de blessés annuellement dans ces mêmes accidents.

Si chacun des 35238 journalistes inscrits en 2016 et que je présume réinscrits cette année, relayait un message, écrivait un article, organisait un débat, nous aidait à communiquer…Imaginez alors le nombre d’enfants, d’adultes et de séniors que nous pourrions sauver en unissant nos forces ?!!

Ami(es) journalistes. Nous mettons gracieusement à votre disposition nos compétences dans ce domaine ! A vous de jouer.

L’engagement sociétal de Sécurité Civile

Chacun connait la RSE ou Responsabilité Sociétale de l’Entreprise qui consiste pour cette dernière à s’investir et à communiquer autour des problématiques environnementales, sociales ou économiques pour les plus connues. Derrière ce vœu pieux d’engagement responsable, la RSE permet surtout à l’entreprise de créer une nouvelle perception de son image tant pour ses collaborateurs que pour ses partenaires.

L’engagement sociétal de Sécurité Civile, terme issu d’une réflexion organisée par le Groupe Prévention, se démarque en engageant différemment et spécifiquement la gouvernance des entreprises et leurs collaborateurs dans de véritables actions « de terrain » auprès des acteurs bénévoles de la Sécurité Civile et ce, tant en France qu’à l’étranger.

Aussi, est-il intéressant de noter qu’en France, ce sont 500 000 secouristes qui veillent sur la population et l’assiste ou lui porte secours au quotidien. 450 000 de ces sauveteurs dévoués sont volontaires et bénévoles. Parfois les deux !

Leurs associations respectives doivent alors faire preuve de beaucoup d’inventivité pour réunir les fonds nécessaires au fonctionnement de leurs activités et à l’acquisition de matériels de secours toujours plus couteux.

L’engagement sociétal de Sécurité Civile permet ainsi à l’entreprise de choisir de les épauler en leur apportant un soutien régulier.

Comment ?

  • Par les dons financiers déductibles
  • Par l’apport de matériels ou de consommables déductibles également
  • Par l’encouragement à l’investissement personnel de ses collaborateurs
  • Par le développement d’opérations marketing ou financières dont une petite partie est automatiquement rétrocédée à l’association soutenue. C’est ainsi que, pour exemple, une banque bien connue à décider en 2008 de reverser 5 centimes d’euros à la Société Nationale de sauvetage en Mer (SNSM) à chaque règlement effectué avec une carte bancaire de son établissement.

Bien d’autres exemples existent en se rendant sur les différents sites d’associations.

Alors…Qu’attendez-vous ?

CISIA DGA GP

Pour la deuxième année consécutive, le Groupe Prévention et le CISIA (Centre d’Instruction en Sécurité Industrielle de l’Armement) de la DGA (Direction Générale de l’Armement), poursuivent leur étroite collaboration.

C’est en 2016 que Jean-Marie Galopin, Directeur Adjoint du CISIA-DGA et Benoît NOBLE, Président du Groupe Prévention, avaient officialisé ce rapprochement.

Le Centre d’Instruction en Sécurité Industrielle de l’Armement (CISIA) a été créé le 27 août 1981 par arrêté du ministre de la Défense et placé sous l’autorité du Délégué général pour l’armement (DGA) suite à la plus grande affaire d’espionnages industriel et scientifique du XXe siècle, l’affaire « Farewell ».

Cette affaire permettra de neutraliser dans les principaux pays occidentaux, environ 150 officiers de renseignement soviétiques contraints de regagner leurs foyers. En France, le 5 avril 1983, 47 diplomates soviétiques accusés de se livrer à des activités d’espionnage en France seront expulsés. L’affaire « Farewell » a démontré l’ampleur du pillage des secrets industriels français entre autres.

Depuis plus d’un quart de siècle au service de la sécurité de défense et de l’information, le centre entretient des relations privilégiées avec le monde public et privé. Son domaine de compétence le met en relation permanente avec les spécialistes en sécurité. Lieu d’échanges et de rencontres, le centre participe à la diffusion des idées et des méthodes dans le domaine de la sécurité de défense et de l’information.

Le Centre d’Instruction en Sécurité Industrielle de l’Armement (CISIA) a reçu pour mission de participer, par des actions pédagogiques, à la sauvegarde du secret industriel (protection du potentiel scientifique et technique national) et de défense. Il sensibilise et instruit les personnels de tous niveaux hiérarchiques ayant à connaître des informations protégées classifiées ou sensibles, relevant de la DGA, d’organismes publics ou privés titulaires de contrats avec ou sans détention d’informations et supports classifiés, ou ressortissants de pays étrangers ayant passé avec la France un accord de sécurité.

Il forme notamment des officiers de sécurité, sensibilise les entreprises à la sécurité des systèmes d’information, à la cryptologie, à l’intelligence économique, ainsi qu’à la protection du potentiel scientifique et technique national. Dès l’affaire « Farewell » et la création du CISIA, l’espionnage industriel a toujours été intégré, au même titre que la menace terroriste.

Pour adapter son offre aux besoins, parallèlement à sa veille des pratiques en matière de sécurité, le centre consulte régulièrement les organismes du ministère afin de connaître l’évolution des besoins tant sur le contenu des formations que sur les volumes des personnels à former. Il fait appel à l’expertise de consultants privés et de formateurs occasionnels exerçant des responsabilités au ministère de la défense et dans les secteurs public et privé.

Des sensibilisations de base destinées à toute personne ayant accès à des informations protégées classifiées ou sensibles sont proposées. Les cadres et dirigeants peuvent également être sensibilisés sur les questions de sécurité industrielle et de défense.

L’actualité récente a jeté la lumière sur les expatriés qui doivent exercer leur métier dans des régions sensibles du monde. Depuis 2015, grâce aux compétences croissantes et renouvelées de ses intervenants, le CISIA propose des sessions de formation dans le domaine de la sécurité à l’international. Ce stage de deux jours est exclusivement dédié aux grands voyageurs et aux candidats à l’expatriation.

 

 

 

Le jeu des 7 risques

Après deux années de mise au point, le Groupe Prévention est maintenant en mesure de proposer le Jeu des 7 risques.

Véritable outil pédagogique pour sensibiliser l’ensemble de la population aux risques du quotidien qui, nous le rappelons, génèrent environ 20 000 décès par an et plus de 4,5 millions de blessés.

Pour beaucoup, ces accidents pourraient être évités par la seule perception des risques et le bon sens. Encore faut-il les connaitre et les comprendre!

 Ainsi, hormis le plaisir d’avoir évité l’accident, l’impact économique tant pour l’entreprise, la famille ou la société civile, en sera d’autant diminué.

Certaines entreprises ou collectivités utilisent déjà judicieusement ce jeu ludique comme moyen de communication interne ou externe avec pour objectif commun de voir leurs collaborateurs, leurs clients ou leurs administrés, ainsi que leurs familles, tendre vers la résilience au quotidien.

Stage de situation extrême

Au vu de l’évolution des menaces et désireux de toujours apporter les meilleures réponses aux personnels concernés, le Groupe Prévention propose désormais un stage de situation extrême sur 3 jours animé par des spécialistes de ce type de conditions.

4 sessions sont proposées chaque année avec un nombre restreint de place.

Détails du stage

Vous souhaitez savoir si vous êtes éligible à ce stage ?

Adressez votre état civil, votre adresse et vos coordonnées téléphoniques à contact@groupeprevention.fr en prenant soin de mettre en objet le mot STAGE.